Six conscrits objecteurs de conscience sont déférés devant la cour martiale israélienne.

Yoni Ben Artzi, Haggai Matar, Matan Kaminer, Shmri Tzameret , Adam Maor et Noam Bahat sont déférés devant la cour martiale en Israël entre le 23 et le 14 juillet. Les procès seront centrés sur le droit à la résistance à l’occupation des territoires palestiniens. La session du procès de Yoni Ben Artzi sera consacré à des témoignages de proches (la sœur de Yoni) et du général Avi Zamir ainsi que le Colonel Slomi qui sont à la tête du Comité de l’objection de conscience. Ce comité fait partie de l’armée et il statue sur l’authenticité du pacifisme des objecteurs.

Les 5 autres sessions de procès pour les autres objecteurs de conscience seront consacrées à l’audition de leurs témoignages personnels. Au début de l’année 2003, la décision de déférer les conscrits réfractaires a visé deux objecteurs : Yoni Ben Artzi et Haggai Matar. Les 4 autres objecteurs - Matan Kaminer, Shmri Tzameret, Adam Maor et Noam Bahat - ont demandé, par solidarité, à être eux aussi déférés devant la cour martiale.

La cour suprême a rejeté leur appel demandant à être déférés devant une cour civile au prétexte que les procédures avaient été respectées par l’armée. Les débats des deux sessions du procès de Jonathan devant la cour martiale ont concerné essentiellement la distinction entre une "vraie" objection (pacifisme) et une objection politique.

L’armée avance l’argument selon lequel l’objection sélective introduit un élément politique inacceptable et distinct du pacifisme. Pour la défense et pour les objecteurs de conscience, l’objection de conscience trace la limite de ce que chaque individu peut faire ou ne pas faire en accord avec sa conscience. Cette limite peut concerner tout acte de guerre, y compris de défense, ou tout acte lié à l’occupation, la colonisation, l’exploitation et toutes actions contraires aux droits humains.

Amnesty International, la Féderation Internationale des ligues des droits de l’Homme, la Ligue des Droits de l’homme, Sico (Solidaires des Israéliens Contre l’Occupation) et les organisations israéliennes B’Tselem, Yesh gvul et Gush shalom soutiennent les objecteurs de conscience et demandent à israël de reconnaitre le droit à l’objection et de libérer les objecteurs.

Pour signer la pétition www.fidh.org

SICO (Solidaires des Israéliens Contre l'Occupation)
sico@mezimail.com
Ce site est fait avec SPIP